LES ABORIGENES  
LA PLUS VIEILLE CULTURE DU MONDE

                Datant de plus de quarante mille ans, la culture des aborigènes australiens est la plus vieille culture du monde encore vivante. Avant l'arrivée des Européens, ils étaient entre 300 000 et 500 000, divisés en plus de 500 tribus parlant quelques 300 langues ditfferentes. Parmi les rares peuples de la planète à n'avoir jamais cherché a domestiquer la nature, ils vivaient en nomade se déplaçant par petits groupes familiaux, ignorant la guerre, respectant l'environnement et entretenant des liens spirituels très étroits avec la terre qui Ies nourrissait.
                En l'abscence de toute écriture, chaque génération transmettait à la suivante, par voie orale, ce que lui avait enseigné la précédente - les traditions ancestrales, la science de la survie dans le bush, les lois de la nature, l'amour de la terre. Une autre forme de communication était la peinture à base de matériaux naturels qu'ils utilisaient pour décorer des roches, des falaises, l'intérieur des cavernes ou l'érorce de certains arbres.
                Longtemps méprisés et ignorés (ils n'étaient plus que 67 000 en 1933), les aborigènes qui sont maintenant plus de 200 000, ont acquis la nationalité australienne en 1967 et, depuis 1972 la possibilité - encore limitée - de récupérer et de gérer leurs terres sacrées. Aujourd'hui ils défendent leur culture en réclamant le droit à une «vie séparée ».
paysage2.GIF

 Le Temps du Rêve

               Selon la religion aborigène, I'Histoire commença avec le Dreamtime (le Temps du Rêve), lorsque les esprits du monde invisible se matérialisèrent pour peupler la Terre, façonner les paysages et créer les plantes, les animaux et les hommes. Ceux-ci appartiennent donc à la nature (qui, en conséquence, ne peut leur appartenir), et chaque tribu, chaque groupe familial est intimement lié à un esprit protecteur, un lieu ou un événement mythique du Temps du Rêve. Gardiens, plutôt que possesseurs, des terres sacrées, les aborigènes ne connaissaient pas les luttes pour le pouvoir, mais partageaient tout ce qu'ils possédaient. Pratiquant l'art rupestre bien avant les premiers Européens, ces chasseurs cueilleurs pacifiques à la vie sociale et spirituelle d'une étonnante richesse, ont réussi à survivre depuis l'âge de pierre.